Pour lire les vidéos avec une meilleure qualité, cliquez sur le bouton hq

Pour le dernier atelier de l'année 2008, deux thèmes ont été abordés dans ce film qui flirte formellement avec les chefs d'œuvre de série B du cinéma  d'horreur... Âmes  sensibles donc, s'abstenir !

La Sainte-Lucie (Sankta Lucia en suédois, mais communément appelé Lucia) est une célébration ayant lieu le 13 décembre en honneur de la fête de Sainte Lucie de Syracuse. Lucie est un prénom venant du latin lux, lucis, désignant la lumière, et la lumière est à l'honneur lors de cette célébration. La coutume marque le début de la saison de Noël. Traditionnellement une fête importante dans toute la Chrétienté occidentale, elle est aujourd'hui célébrée en Scandinavie et en Europe méridionale, particulièrement en Suède, au Danemark, en Norvège, en Finlande, en Italie, en Bosnie, en Islande et en Croatie. Avant la réforme du calendrier grégorien au XVIe siècle la fête tombait le jour du solstice d'hiver dans l'hémisphère nord. La Sainte Lucie annonce la victoire sur les ténèbres et en son honneur le rouge et le vert, couleur de vie, transforment la maison  en réceptacle festif, où trône le traditionnel bouc de paille, symbole de Fertilité. À l’aube du 13 décembre, les jeunes filles, vêtues de blanc et coiffées de couronnes d’argent visitent les maisons d’amis en chantant des cantiques et en distribuant des gâteaux typiques parfumés aux épices. Chaque groupe de jeunes est conduit par sa Santa Lucia, une jeune fille arborant une couronne de houx sur laquelle brulent des bougies allumées. Les bougies représentent le feu qui refuse de prendre la vie de Sainte-Lucie au bucher. Arrêtée puis martyrisée à Syracuse au IVe siècle, sur la dénonciation de son fiancé païen, elle aurait eu les yeux arrachés. C’est en mémoire de ce supplice qu’on la présente souvent portant ses yeux sur un plateau ou au bout de ses doigts. C’est le symbole de la lumière perdue.  C’est aussi le symbole lié au bien et au mal, à la lumière et aux ténèbres, à la mort et à la renaissance. D’où les différents noms pour parler de Lucie : « lumière des yeux », « lumière de la vue, « lumière cosmique » qui révèlent un symbolisme d’une très grande intensité se rapportant à l’alternance du jour et de la nuit, mais aussi une vision cosmologique héritée des traditions passées et des cultures rurales.   

L'arbre de Noël. Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d'un arbre le jour du 24 décembre, jour considéré comme celui de la renaissance du soleil. Il s’agissait de l'épicéa, symboliquement « arbre de l'enfantement ». Le calendrier Celte était basé sur les cycles lunaires ; à chaque mois lunaire était associé un arbre. Celui de décembre était l'épicéa. Au moment du rite païen du solstice d'hiver, un arbre, symbole de vie, était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé. À partir de 354, l'Eglise célèbre la naissance du Christ, le 25 décembre. Au XI siècle, l'arbre de noël, garni de pommes rouges, symbolisait l'arbre du paradis. C'est au XIIe siècle que la tradition du sapin est apparue en Europe, plus précisément en Alsace. C’est là que l’on le nomme "arbre de noël" vers 1521. Au XIVe siècle, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux. À cette même époque, l'étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethléem commença à se répandre. Ce sont les Protestants en 1560 qui développèrent la tradition du sapin de noël pour se démarquer des Catholiques. Au XVIIe et XVIIIe siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d'huile à la surface desquelles des mèches flottaient ou des chandelles souples nouées autour des branches. C'est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, aurait installé un sapin de noël dans le château de Versailles. On trouva par la suite de plus en plus d'arbres de Noël particulièrement en Alsace-Lorraine, où existait déjà la tradition du sapin. En 1837, la duchesse d'Orléans, Hélène de Mecklembourg, d'origine Allemande, fit décorer un sapin aux Tuileries. La coutume se répand bientôt dans la bourgeoisie française. Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays grâce aux immigrés d'Alsace-Lorraine qui firent largement connaître la tradition de l’arbre de Noël aux Français. C'est à cette période que le pays entier adopta cette tradition…